Titre

Sports d'hiver :
La mer de glace aux étangs de Hollande

Il y a des jours où l’on se demande jusqu’au bout si l’on va mettre le nez et le vélo dehors, ou si l’on reste à la maison : les prévisions météos ne sont pas très encourageantes … et il y a bien d’autres choses utiles à accomplir sans tarder. Ce qui fait la décision ? Envoyer un texto ou deux au capitaine de route, et zou, on y va ! Lui, du coup, est obligé de se décider positivement, et quelques minutes plus tard on se retrouve à deux ou trois : voilà déjà un groupe, que dis-je un peloton !

Pour le plaisir
des yeux

Pédaler de concert est bien utile pour lutter face au vent de Nord-Est de ce jeudi 1er mars après-midi (« 13 :30 : horaire grand froid »). Heureusement la pluie (annoncée par certains sites météo et pas par d’autres) n’est pas au rendez-vous … cause aux températures polaires. Une courte pause pour contempler les étangs de Hollande gelés, pour le plaisir des yeux, et c’est reparti ! Et à l’arrivée, « on aurait eu tort de ne pas y aller ! »


••• PIERRE BOTHUAN 

Que se cache-t-il
sous le casque ?

« Un Pierre (lol !), deux maisons, trois ruines, quatre fossoyeurs, un jardin, des fleurs, un raton laveur... » selon Jacques Prévert...

Mais si vous avez une idée plus pertinente, envoyez votre réponse à Daniel, vous aurez gagné une superbe sortie amicale gratuite de 120 bornes !


La mer de glace en Hollande
Crevasses Gambais

Sécurité :
il faut sérieusement entretenir
le réseau routier secondaire

Janvier 2018
Sortie hebdomadaire tranquille.
La chute a été évitée de justesse.
Mais il faut réagir !




Sur la D 983, avant les virages, venant de Bourdonné et arrivant à Gambais, des " rails " se sont formés (réparations mal faites, effondrement de la couverture de la chaussée…). Et les crevasses s'agrandissent et se creusent de mois en mois. Nous avons évité de justesse plusieurs chutes..


La surpise entraîne
la chute

Lorsque nous sommes en groupe sur deux lignes, la file de gauche se trouve souvent " dans " ce type de rail. Les cyclos de la première position ont, en théorie, une bonne vision de l'état de l'asphalte et peuvent anticiper sans à-coup. Mais ceux qui suivent risquent d'être surpris et s'exposent à la chute pour s'extirper de la "glissière" ; le flanc de leur roue avant venant buter contre le bourrelet… Certes les premiers cyclistes doivent signaler le problème aux suivants ; ils le font, évidemment, mais le message ne parvient pas toujours assez rapidement jusque dans les dernières positions…


Prolifération des
passages dégradés

Sollicité par Daniel président de l'UVO (un petit mot et quelques photos loquaces des lieux), Olivier, le "Monsieur sécurité" du club, a fait suivre l'interpellation au Codep qui, devant la prolifération des passages dégradés, centralise les faits et les pièces et intervient régulièrement auprès de la DDE pour que les réparations soient exécutées.

Dans son courrier, Olivier constate que les dégradations ne font que croître et embellir dans notre département, à l'instar de l'état général du réseau routier secondaire français… au point qu'il n'est plus possible d'accepter cette mise en danger des cyclistes.

Au cours du dernier trimestre 2017, sur la route, cinq chutes sérieuses qui auraient pu entraîner de très graves conséquences, sont survenues lors de nos sorties hebdomadaires. Autant que les cinq dernières années !


L'augmentaion brutale des chutes
N'est pas due au hasard

Certes, les paramètres humains ne sont jamais à écarter, mais il est impossible d'imputer l'augmentation brutale de ces chutes au hasard : elles sont indubitablement dues, pour l'essentiel, à la dégradation des conditions de roulage, elles-mêmes provoquées par la détérioration des infrastructures routières. Images des lieux (ci-dessus), jointes.

Quant à nous, nous redoublons de prudence.

Mais il faut vraiment que nos élus, locaux et nationaux, prennent conscience que l'entretien des routes est impératif.

L'un des plus beaux réseaux secondaires d'Europe et sans doute du Monde, est en grand danger.


Extrait du courrier adressé au Codep 78, par

••• OLIVIER ZURFLUH

colombier

Le genou bionique du « montagnard »
ce sera six mois de G8 pour Elie

26 janvier 2018
Dernière opération du genou
14 février 2018
ré-éducation en route !






Il y a six ans, suite à une opération défectueuse du ménisque, mon tibia et mon fémur se sont nécrosés sur la face interne. Seule solution (pour ne plus souffrir) : l'opération, et la pose d'une PUC (Prothèse Uni-Compartimental) en français : " prothèse sur la moitié du genou ".


Usure prématurée
ou ligament amoché

Depuis, plus de soucis… Puis, il y a 2 à 3 mois, un jeu important est apparu : " un tiroir ", pour les puristes. Radios… consultation du chirurgien… diagnostique…

Deux hypothèses :

1 - soit une usure prématurée de la plaquette en rilsan (pas très plausible vu le peu d'années depuis l'opération, mais pourquoi pas…)

2 - soit un ligament en mauvais état…

Dans les deux cas une seule possibilité : ouvrir pour aller voir ce qui se passe, soit c'est un changement de plaquette, soit si c'est un ligament qui est en cause, c'est l'obligation technique de mettre une prothèse totale.

Résultat : prothèse totale (le ligament interne est touché).


Epilogue :

C'est fait depuis le 26 janvier. Tout s'est bien passé il ne reste plus que la rééducation à faire. Et ça tombe bien : le vélo est le meilleur allié !

Première opération le 14 février 2012 le 18 mai 2012 je participai à la sortie club en Alsace où je montais des cols. Je ne dirai pas que ce fut facile, mais le genou n'était pas en cause. Avec ma stature, un col c'est toujours difficile !

Deuxième opération le 26 janvier 2018 sortie club en Bretagne le 10 mai 2018 les délais seront respectés !


A bientôt sur le vélo…

••• ELIE

Bravo Elie, et bon courage

Mais tu n'en manques pas

———
Les images,
de gauche à droite :


# Elie, le Montagnard au Grand Colombier # La radio pour diagnostique # Donc c'est une prothèse totale qu'il faut ! # Oh… la belle épissure ! # Elie lors son brevet Montagnard des Vosges (son premier grand raid après ré-éducation).

arret

La véritable histoire du Petit Poussé

20 décembre 2018
Le G1 sur le 7 rouge :
Faites vos jeux,
la roue tourne, dans la brume,
puis... craaac !




On aurait dû le prévenir. Ça ne pourrait pas continuer beaucoup plus loin… Il en prend tellement soin de son superbe vélo qui lui a coûté un bras… Surtout pas le vexer ; le ménager. "  Ça ne va pas te lâcher tout de suite comme ça " on lui dit, gentiment. Ben… C'est qu'il est susceptible et costaud, la bête ! "Oh, ça tiendra bien encore une paire de kilomètres… " Peut-être. Y a déjà une dizaine de lieues que Sa Majesté le dérailleur, épuisée, menace ruine et semble perdre ses couronnes. Mais c'est vrai qu'on n'est jamais à l'abri d'un coup de pot. Ça couine, ça craque, ça fume. Nom de bleu ! mâchonne Ozivier in petto (in petto, soit dans le silence des certitudes) : ça ne durera point aussi longtemps que les zimpôts !


On contourne
Gadoue-en-court

Donc, le G1 progresse gentiment, à allure modérée, comme d'hab : un petit 40 à l'heure, pas plus, ou alors à peine… Nous contournons Gadoue-en-court : et pour cause, les paysans n'y font plus le ménage. Nous sommes sur le 7 rouge*, faites vos jeux ! La roue tourne ! Rien ne va plus ! Première à gauche, côte de Chambine. Crac, crac, crac ! Craaac ! "Merde !" qu'il dit. "Un dérailleur tout neuf qui déraille pus mais qui dérouille, c'n'est pas normal". Bon arrêt ! Vous pouvez pisser !

Il couche l'engin ! S'agenouille. S'exaspère ! Se révolte. Dans un râle de furie, il sort sa pompe et fait des moulinets. " Cornegidouille ! " qu'il hurle, "un dérailleur tout neuf !" (photo). "Tuez, saignez, écorchez, massacrez, corne d'Ubu !"*. Le biclou est couvert de sang (photo) les roulettes gisent, la chaîne n'est pas morte mais elle fait la gueule. Enfin, elle respire encore !


T'inquiète
tu rentreras en 36x15

T'inquiète, lui dit le superintendant, on va te raccourcir ça (la chaîne, videmment) et tu rentreras en 36x15 (c'est un code). Ça va te filer un rythme d'enfer, tu vas voir, toi qui tires toujours comme un bœuf, au-delà de 125 tours/minute t'as le cul qui tale sur la selle.

Bon, c'est reparti, mais il y a de la tension ! Fait la gueule la chaîne ! Va pas accepter d'être tiraillée comme ça.

Et voilà ! Fallait s'y attendre. La petiote grimpette dans le bois de Tacoignères, ne lui a pas plu. Crac, crac ! Craac ! C'est mort ! La chaîne en or tu peux la revendre chez Chaumet, d'occase.

Bon, allez ! On pousse ! dit le super intendant ! Mais le Frédéric s'est ramassé un gros gnon au surnom. De l'ogre des routes, sa réputation est retombée à " Petit Poussé ". Ça va lui rester. P'tain, les boules ! Et les laquais lui ont barboté ses bottes de sept lieues. C'est ça ou tu continues à pied, façon draisienne, en bagotant des panards, on lui a dit ! On appelle ça du chantage.

Bon. Aux dernières nouvelles, il est rentré chez lui dans le carrosse du superintendant.


••• CH PERRAULT


*Alfred Jarry, Ubu roi, 1896

*Openrunner



•••
Ce qu'ils ont osé déclarer (sur Strava)
Merci les copains !

# Stéphane Boudry : Toujours les mêmes qui foutent le bordel ! # Laurent Carassini : Ça devait arriver : depuis le temps que ça couinait # Alexis : Dommage que ça arrive au plus loin de la maison # Stephan Kussener : Mince ! Ça a cassé comme ça ? Ou choc ? Juste après vous avoir laissés ? Moi je suis arrivé tout juste à 11h30 en passant par Corentin. # Laurent Carassini : Il avait qu'à faire comme Froome : rentrer en courant # Alexis : Il a fait ça tout seul comme un grand. Il est trop puissant ! Même le vélo ne tient pas. # Alex Singer : Maintenant qu'il est en single speed, ça devrait aller. Mais il manque un peu de physique, quand même ! # Daniel Alland :Il nous a joué " Le Petit Poussé " # Pascal Boulez : Ouais ! Il a même fait les KOM en poussette !



Premier pélerinage
sur les lieux du calvaire
de Vincent
alias « le Belge »

 
  • 1 - La peau de banane en vache
  • 2 - Dépôt de gerbe sur les lieux sacrés
  • 3 - Premiers pas au Pôle Nord
  • 4 - Du gaz hilarant commence à s’échapper du permafrost
  • 5 - Bernard fait l'âne pour avoir du son
  • 6 - Et Daniel fait la sieste dans la loco du Père Noël
  • 7 - Première crevaison 2017 pour Stéphane
  • 8 - Mais il double la mise aussitôt
  • 9 - 18000 km en 2017, pour le K'patain... sans les mains
  • 10 - Laurent tente un Vincent, sans succès
  • 11 - Belle descente, on rentre à la maison... très heureux

21 décembre 2017
La perspective
d’une sortie humide
ne nous fait pas
reculer




Nous avons décidé de rendre, coûte que coûte, un hommage à une forte personnalité de l’UVO par un pélerinage sur les lieux où notre Belge a exécuté et réussi une figure aussi spectaculaire qu’inattendue (sur le circuit 1R, voir circuits UVO)… virage à Sorel-Moussel.

Nous sommes sept participants : Jean-Louis Bouysset (K’ptain), Jean-Louis Le Malécot, Laurent Lammens, Stéphane Le Lostec, Alain Bonnemaison, Bernardo Le joncourt, et Daniel Alland..


Passé la frontière
C'est cool !

Patrick nous avait bien recommandé de ne pas retourner dans ces coins-là, connus comme hyper dangereux. Mais quatre jours après l’accident, nous apprécions tellement notre Vallée de l’Eure que nous y retournons malgré tout.

D’ailleurs s’il lui arrivait, à lui, de tomber de patinette sur la piste de Saint-Quentin-en-Yvelines, ça nous étonnerait fort qu'il ne reprenne pas le bolide illico pour réitérer très rapidement l’exercice….

Comme dimanche dernier, passé la frontière, le temps est plus sec et plus clair. Nous roulons cool, ex-cepté Bernardo, évidemment, qui prend un malin plaisir à nous « flinguer » régulièrement. Il est comme ça : il faut qu’il démontre la qualité de ses attaques « surprises ».

Km 30 – C’est l’objectif premier de cette procession. Le cortège solennel, ébranlé et troublé, s’arrête dans le fameux virage, sécurisé par les forces de l’ordre. En hommage à l’origine outre-quiévrine du personage, après une minute de silence émouvant, les officiels entonnent la solennelle Brabançone qui donnerait la chair de poule à un chapon, et provoque des sanglots.


Le doux amour
de la Brabançonne

Le silence rétabli, le cortège s’incline pour le dépôt de gerbe, dans la dorénavant célèbre courbe de Sorel Moussel, lieu-dit fraîchement rebaptisé « Le virage du Belge » par les autorités municipales. Jean-Louis Le Mallécot, en Judas, balance une peau de banane.

La presse s’empare du méfait et dénonce la grossière provocation !

Laurent Lamens aimerait initier un chemin de croix, mais on se contentera d’un tumulus sur le trottoir pour planter la croix de noisetier (œuvre de l'artisanat local).

Km 35 - St Laurent des bois : petite visite au Pôle Nord. Bernardo fait l’âne dans l’écurie du Père Noël. Daniel inspecte le train. Contrairement aux âneries rabachées dans les journaux télévisés, le pôle nord ne se réchauffe pas si vite.

2017 : 18 000 km
pour le K'ptain

Km 39 - Mouette. Jean Louis passe le 18 000 km… (pour l’année 2017). Sans les mains !

Km 48 - La Garenne. Stéphane : première crevaison de l'année 2017 malgré 11 000 km parcourus, on peut dire qu'il sait où il faut mettre ses roues. Mais, hélas, il récidive au km 48. Un petit éclat de verre était resté dans le pneu.

La Garenne. Descente. Laurent tente une « Vincent », heureusement sans succès…

Retour vers 12 h 30 et avec 73 km… Nous ne sommes pas en avance, mais satisfaits d'une belle petite balade par un temps finalement agréable.


••• DANIEL



Lien visité
   

Sommaire général pour trouvez facilement sur la page que vous cherchez (pendant les travaux)


 

Accueil



Les randos UVO


Nos organisations

Nos participations cyclosportives et cyclotouristes
nos exploits, nos séjours, nos voyages


La vie du club
 
Les sections

Rallye du Téléthon

Sorties d’un jour

Cyclosportives

VTT

Tour de Corse

Des niouzes