• Le vendredi matin, place de la Halle, Orgerus. De gauche à droite : Patricia, Claudius, Daniel, Fabienne, Martine, Youcef, Yvon, Claude, Josette, Patrick.
  • C'est parti dans une petite brume matinale. Il va faire beau.
  • Loïc est venu faire une paire de kilomètres pour nous soutenir.
  • (...)
  • Chute (bénigne !). Josette aux petits soins pour son Yvon.
  • Mise en sécurité du groupe (trafic cycliste).
  • Pose des antivol avant balade.
  • Passerelle sur l'Eure
  • Bien, l'alignement !
  • L'Eure. Superbe !
  • Devant Chez Annie. Petite vache avec ses cornes de VTT.
  • Une belle tablée à l'apéro
  • Buffet à volonté
  • Le cerf. Avant la Révolution, il marquait l'heure avec ses bois... et les chiens mordaient à chaque tintement de cloche. Incroyable, mais vrai !
  • Enfin... aujourd'hui on va passer le pont-levis.
  • (...)
  • Les vélos nous attendront, bien sagement, et bien attachés !
  • Mesdames, Messieurs, je vais vous raconter la vie de La Belle des belles...
  • Un ticket acheté après la visite. Ils sont facétieux ces cyclos. Mais honnêtes
  • Et c'est reparti pour les Gâtines rouges
  • Tout le monde grimpe à son rythme
  • Pas de souci. On se regroupe en haut.
  • Superbe journée. Et voila... Tout le monde chez Daniel pour une dernière photo. Certains récupèrent les "dossards" pour Levallois-Honfleur.
Section open Tourisme — Vallée de l'Eure — 12 septembre 2014
Balade cyclo-touriste dans la vallée de l'Eure
Château d'Anet
La vie d'une diane chasseresse avisée
 
  Nouvelle sortie de la section «open-tourisme»… « Open » car elle est ouverte à tous et à chaque membre de l’UVO quel que soit son niveau « cycliste » et son groupe habituel (VTT, Route G1 à G4 et Promenade) : il ne s’agit bien sûr pas de réaliser une performance. Nous roulons tous à la cadence du moins-disant. Une sortie «Tourisme» est surtout l’occasion de papoter, de visiter les sites de notre riche région qu’en temps habituels nous traversons la tête dans le guidon : ce sont les monuments qui nous regardent passer et ça fait ruminer les vaches…
Nous avons choisi Anet et son château. C’est typiquement le monument sympa devant lequel l’UVO s’arrête très souvent pour faire des photos, mais sans jamais franchir le «pont levis».
Le choix de la date est le fruit d’un sondage. Et, bingo ! toutes et tous les intéressés ont participé. Nous sommes partis à 10. Génial, non ?! Bien sûr, il nous manquait Mumu (qui travaille, la pôvre…) et Mado (au repos encore quelques jours).
Un temps magnifique. On avait à parcourir un périple de 60 kilomètres en gérant la courbe de niveaux. Route hyper facile à l’aller par Tilly, Millerus, les Gâtines rouges, puis la longue descente vers la Chaussée d’Ivry, Ivry-la-Bataille… Ezy-sur-Eure (arrêt buffet). Le retour s’est fait en empruntant (à 6-7%, c’est pas donné ! mééé… on chahute) la bosse assez longue qui remonte
 
« Celui qui m’enflamme a le pouvoir de m’éteindre »… C’est la devise et l’emblème de **Poitiers: une torche enflammée renversée vers le bas. Diane est née entre Dauphiné et Provence. A l’âge de six ans, Diane partait à la chasse avec son père et possédait son propre faucon. A la cour de Louis XII, elle étudia le latin, le grec, le théâtre, la danse, et se plongea dans l’étude de chefs-d’œuvre classiques, la philosophie de Platon… Diane prit un fort caractère : mépris des intrigues, dignité du rang à tenir, noblesse du goût, art de la conversation… elle assimila tout ce qui faisait une vraie dame de la Renaissance.
D'une vigueur exceptionnelle, Diane montait régulièrement à cheval, se baignait chaque jour dans une rivière et, cherchant à prolonger sa belle jeunesse, elle se soignait avec des décoctions de poudre d'or… « remède » qui lui fut fatal.
blancd
  aux Gâtines rouges. Ça s’est parfaitement passé. Personne n’a mis le pied à terre. Puis les routes de campagne, tout plat ou presque, nous ont reconduits chez nous sans encombre.
Une excellente ambiance pour une belle journée de vélo-détente et de tourisme, à peine écornée par un bon sang de poteau de bois qui a traversé la piste cyclable, sans crier gare, juste devant Yvon… il embrassa le bitume, sans trop de bobo, et s'en tire avec un bel hématome. Et dire qu’on prend les pistes cyclables pour des raisons de sécurité. Hihihi !
Jolie balade apéritive sur les rives de l’Eure puis petit resto, routiers non onéreux «Chez Annie» à Ezy, comme dit la chanson… Sympa !
Un petit clin d’œil à Loïc. Il est venu faire une heure de vélo avec nous pour nous soutenir avant de retourner au boulot, le malheureux. C’est lui qui a lancé l’idée du cyclotourisme. Il a pris «le truc» à bras le corps. Et ça marche bien. Super ! Bravo ! Merci…
Mais revenons, sinon à nos amours, du moins à celles de Diane de Poitiers pour laquelle nous avons fait le voyage. Vive les grandes histoires d’amour de l’Histoire de France ! Au bain et en sourdine, sans doute, pour ne pas froisser l’étiquette, Diane a dû chanter « je suis une femme amoureuse » bien avant Barbra Streisand. En effet, elle a dirigé la France avec son corps et son esprit. Diane est épousée, à 16 ans,
  par Louis de Brézé, trente sept ans plus âgé qu’elle. Diane de Brézé* lui « donne » deux enfants. Après 17 ans de vie commune et de bonheur apparent, Louis meurt en 1531.
Diane s’attèle à la gestion de ses biens avec la plus grande autorité.
« La belle des belles », veuve à 32 ans, devient la maîtresse de François 1er… puis de son fils, le futur Henri 2, follement amoureux de cette femme, conquis par sa droiture, son intelligence et sa culture. Diane, la favorite, se conduira, auprès de lui, comme une reine, co-gérant souvent, avec à-propos, les affaires du royaume, au grand dam de Catherine de Médicis, reine en titre…

* Sa vie durant, elle s’appellera en effet « Diane de Brézé ». C’est Alexandre Dumas, fidèle à sa marotte d’utiliser l’Histoire de France en la travestissant, qui la baptisa « Diane de Poitiers », pour une pièce de théâtre « Les Deux Diane » donnée à l’Ambigu, en mars 1865...
**Ce Poitiers là n’est d’ailleurs pas la capitale du Poitou, mais un petit(?) marquisat de Provence, Peytieu (en Langue d’Oil).


Lors du retour, cahin-caha, des idées sont nées pour prolonger l'aventure, et pourquoi pas un des châteaux de la vallée de Chrevreuse? A creuser avec Loïc...

Voir ou revoir
 
Lien visité
 

Accueil



Nos organisations
publiques

Nos organisations
privées


Nos Participations


La vie du club


 
  Les sections
Nos rallyes
Sorties d’un jour
Cyclosportives
Tour de Corse
Des niouzes
 

























































































































































































































































eXTReMe Tracker