• Le Château Laval, bâtiment amiral du domaine
  • Piscine, sauna, tennis, terrasse et... bar
  • Bah... il faut bien hâler (sourire) !
  • Survol de Gréoux. Au fond, le château des Templiers
  • Attention : moutons ! Il ne pleut pas, Bergère, et c'est bien dommage. (Mê-ê-ê-ê-nan !)
  • Alain et Elie, prêts à en découdre.
  • Ah... oui ! On est là aussi pour le vélo
  • Sous l'œil ironique et bienveillant du Patron : Bernard et son épouse
  • Dans les colzas, sur le plateau de Valensole
  • Boire un petit coup dans un paysage sublime
  • Quelques Uvorgerussiens cachent le lac
  • Moustiers-Sainte-Marie, capitale de la faïence. Musée à voir. Obligatoire. K'ptain et Gilles, avant la route des crêtes
  • Moustiers. Un vrai chemin de (sainte) croix
  • Halte ! On y est. Presque !
  • Un dédalle de venelles
  • Balcon sur le lac. Et chat sympa.
  • Il y a du monde au balcon.
  • Et des femmes mortes de soif
  • Sans parole
  • Campanile. Si, si !
  • Le village nouveau (port) de Sainte-Croix
  • Les bronzées sur le parcours sportif...
  • ...
  • ...
  • ... si j'aurais su, j'aurais pas...
  • C'est bon pour le chocolat, ça (les plaquettes)
  • Ah... on ne higole plus !
  • Et pendant ce temps là...
  • Sous un cagnard presque inattendu...
  • Les stages du soleil honorent leur titre
  • Une mine a éclaté à mi-pente
  • Bravo Jacqueline. Elle a retrouvé la grande forme
  • Si, si, c'est dur ! Mais tout se grimpe !
  • Sous la surveillance ampathique de la c5 balai
  • Mais il n'y a personne à ramasser
  • Surtout pas Gilles, ni le K'ptain
  • ... ni Vincent
  • ... ni Vincent
  • ... ni Vincent. il a choisi un beau point de vue pour la tétée. Il visite
  • Eh bien voilà. On touche le sommet de la route des Crêtes.
  • Bientôt le casse-croûte
  • Alors ? Ils arrivent ?
  • T'es sûr ? Ça descend tout le temps, après ?
  • Des voraces en action
  • Oh... juste un peu fatigués...
  • Juste un peu... Ici, c'est le cul qui repose les jambes
  • L'apéro. Première tournée. L'heure où on raconte ses exploits
  • A partir de maintenant, c'est vacances. En route vers Esparon-de-Verdon
  • c'est Claude qui s'y colle. On higole bien = ça fait plaisir !
  • Et maintenant c'est Louise-Anne, mère de sécurité...
  • Comment çà, j'ai peur de l'eau ?
  • Bon, c'est pas tout ça, mais le G1 veut nous ramarer... Debout K'ptain Paddock ! Ils vont voir çà !
  • Gilles est passé à l'ennemi
  • Ils attaquent je vous dis. Toutes les rames à la mer !
  • Souquez, souquez... Une ! Deux ! Une ! Deux !...
  • La vache ! Je suis tout à droite : 55x11 !
  • Heureusement la sécurité civile veille et agite le drapeau à damier. Y a le feu au lac ?
  • Ahhh... enfin une once de tendresse dans un monde acharné...
  • De la tendresse...
  • Cérémonie de l'adieu au lac, au son des galoubets et tambourins. Emouvant
  • Adieu ! Lac ! A l'année prochaine...
du 5 au 12 avril 2014 — entre Luberon et Verdon

En Haute-Provence
Les Stages du soleil à Gréoux-les-bains
 
  Depuis l’an dernier, « nos » Stages du Soleil se sont téléportés à Gréoux-les-Bains, top cinq des stations thermales françaises. Les eaux y sont réputées pour la rhumatologie et les affections respiratoires et la bière (à consommer avec modération) est excellente pour reconstituer le glycogène du cycliste (on higole… tout le monde à l’UVO se range à l’évidence et reconnaît, avec humilité, à la bière belge des qualités sportives, poétiques et musicales incomparables). Nous sommes au cœur de la Haute-Provence, aux confins des Parcs Naturels Régionaux du Lubéron et du Verdon. C’est attesté : le choix est excellent… pour le vélo et pour le tourisme. Le Château-Laval, ensemble installé dans un parc saisissant de 30 hectares, est notre camp de base. Parfait pour le repos du cycliste : piscine, sauna, hammam, terrasse, bar, etc. Situation touristique idéale aussi pour nos non-pédalantes — n’y voyons pas de vilain machisme, c’est comme ça, nos femmes ne pédalent pas, même celles qui roulent d’habitude au sein du groupe promenade de l’UVO. Mais elles s’entendent comme larrones en virée et marchent « dur ». Il y a de quoi faire. Elles ont passé un agréable séjour, ont-elle dit : promenades, visites, vitrines (attention aux épidémies de fièvre acheteuse), marchés forains, restaus, etc…
Mais revenons à nos vélos.
Le stage est bien conduit par une équipe enjouée de capitaines de route de l’Ufolep, organisée autour de Bernard. Les circuits visitent des sites superbes,
 
les routes, c’est du billard, la sécurité est facilitée par le peu de circulation et l’ambiance est détendue. Nous ne sommes pas très nombreux mais 35-40 cyclos, c’est suffisant pour faire des groupes de niveaux sympas. Le terrain de jeu est assez accidenté, juste ce qu’il faut pour amuser les cuisses des avions du groupe 1… et des autres.
Une journée spéciale, avec «panier repas» est à pointer sur le
  programme : elle a conduit la plupart des « stagiaires » sur la route des crêtes, au-dessus des gorges du Verdon (137 km et 2060 m de dénivelé). Spectacle admirable, certes, mais
douloureux : des pourcentages de 10 à 13% (et plus) et la chaleur — soudaine pour la saison, mais on ne va pas pleurer — ont mordu les cuisses et facilité entre autre l’accumulation d’acide lactique.
Tourisme : l’étoile de Moustiers
Moustiers-Sainte-Marie évoque un paysage de crèche provençale confinée entre deux escarpements rocheux. Une étoile haut perchée surplombe le village… D’après la légende rapportée par Frédéric Mistral, l’étoile est un ex-voto dédié à la Vierge Marie, installé selon le vœu du chevalier Blacas, un croisé emprisonné par les Sarrasins en 1210. Il avait promis, s’il revenait dans son village, d’y suspendre une étoile…
D’autres exégèses évoquent des Rois Mages ou des histoires d’amour ou encore de Chevalerie… Mais la signification exacte de l’étoile n‘est pas authentifiée. Le mystère reste entier sur l’origine de cet astre suspendu au-dessus de Moustiers… Depuis, onze chutes sont recensées… l’étoile, qui brille aujourd’hui de son or fin, a été réinstallée en 1957. Sa taille est de 1,25 m et la chaîne de 135 m pèse 150 kg.
 
Ils ont parcouru :
Les participants aux trois premiers groupes (Daniel, Jean-Louis, Vincent, Alain et Gilles) ont parcouru en tout 599 km pour une dénivelée de 7455 m. Claudius a roulé 365 km et Elie 349 km). Elie (la crève) et Claudius ont fait le circuit des crêtes en voiture : c'est bien plus facile et ça permet de faire des photos… Elie n’a pas participé à la première journée du stage.


Il n’y a pas de plaisir parfait sans un grain de folie. Le lac Sainte-Croix est un site privilégié et épatant pour la baignade et les promenades en bateau, le pédalo, la pratique du kayak, et de la planche à voile, etc… En aval, de Sainte-Croix, le lac d'Esparron de Verdon (Aïe ! Aïe ! il se mérite celui-ci, si par hasard la mouche vous pique et qu’il vous prend d’y aller à vélo…) constitue une excellente retenue d’eau qui permit aux poly-dingues des G1 de l’UVO de faire avancer de pacifiques embarcations à propulsion électrique à la vitesse de hors-bords… à la rame, évidemment ! (voir diaporama) et ce n’est pas un sport de ramiers.
Un excellent stage, donc ! Et — avis aux amateurs — il est fort probable qu'on remette ça l'an prochain.


Voir
ou revoir
 
Lien visité
 

Accueil



Nos organisations
publiques

Nos organisations
privées


Nos Participations


La vie du club


 
  Les sections
Nos rallyes
Sorties d’un jour
Cyclosportives
Tour de Corse
Des niouzes
 

























































































































































































































































eXTReMe Tracker