...première moitié du repas
aussitôt suivie par la seconde...

 
Villepreux-Les Andelys-Villepreux
14 mai 2017

Comme tous les ans …delys
215km, 2100m de dénivelé+
 
 Un vrai cyclo tu seras, lorsque Villepreux-les Andelys-Villepreux tu vaincras. Et c’est peu dire que cette rando, avec ses 215km et plus de 2000m de D+, fait partie des classiques de l’UVO. Un cas unique dans notre région. Comme d’hab, Daniel Alland sera sur place vers 5h30 du matin – faudrait surtout pas rater le café soluble dans le gobelet en plastique ! Il a emmené dans sa roue (et les vélos dans le coffre) Alain Lemaire et Thierry Evanno. Christian Huck, Valérie Ladiré et Stéphane Boudry les y rejoindront de leur côté. Six courageux nocturnes donc…. A mon initiative, un groupe de paresseux se donnera rendez-vous sur la place des halles à une heure plus décente (7h00) pour un départ en vélo : Kaptain Jean-Louis, Stéphane Lelostec, les Pascaux (Boulez et Caumont), Denis Guillemot et moi-même, qui accrocherons le circuit au km22 (Aulnay). Stéphane Schweitzer, Alexis Argelès, Hubert Leman (tous trois partants pour le petit circuit… 139km quand même), et Olivier Zurfluh complèteront le tableau. Stefan Kussener (souffrant) et Sébastien Hervé (no news) manquent à l’appel.

 « Si tu étais resté dans
 le G2, tu aurais pu
 aller jusque Villepreux »

 Tout ce petit monde se retrouvera au premier ravito (km 40 ou 48 selon le point de départ des uns et des autres). Tout le monde, à l’exception d’Hubert Leman qui a opté pour une sortie en solo, sans même son carton de route resté dans la poche du trésorier ! A la sortie du ravito, un gros peloton se forme, diluant les maillots de l’UVO modestement estampillés Simply (…the best). Sans vraiment le vouloir, je me retrouve dans les roues du G1 (Alain, Daniel, Olivier et Stéphane B.). Les premiers km sont roulant… je me dis que ça va le faire. Mais les Andelys, c’est pas le Touquet (très à la mode depuis une semaine). Dans les côtes qui se succèdent, nombreuses, je ne fais pas le poids (… enfin si, justement). Mes copains m’attendent gentiment, mais la bête en prend un coup. Le dicton du jour viendra plus tard dans l’après-midi, de la bouche de Valérie : « si tu étais resté dans le G2, tu aurais pu aller jusque Villepreux ». A méditer pour 2018 !  A l’entame de la dernière côte avant le ravito (km103) la chambre de mon pneu avant explose brutalement : fissure sur 3 ou 4 cm… incident involontairement bienvenu pour provoquer le regroupement général G1/G2 afin de profiter tous ensemble du traditionnel plateau repas avec viande blanche, pâtes, taboulé, patates, fromage et baguette.

 Que le grand clac
 me bloque

 Daniel nous prédit un retour pas facile, avec notamment le vent de face dans la longue côte pour s’extirper de Gaillon. Déjà qu’il n’a pas été très favorable jusque-là… qu’à cela ne tienne, il faudra bien rentrer ! On repart groupés, mais très vite, le G1 se détache à la pédale (ils boucleront les 215 km à 29,1 de moyenne… respect). Valérie se dit en petite forme, mais suit l’allure du G2 sans difficulté particulière. La vallée de la Seine, puis la vallée de l’Eure, avec un petit vent de trois quart face, c’est ma chasse-gardée. Alors le petit train de l’UVO se met en file indienne et avale les km à une allure régulière derrière l’armoire normande. Quand il le faut, Stéphane, Pascal C. et Kaptain Jean-Louis relayent le BHV (belge hautement véloce – copyright Pascal Boulez). Vers le km120, un grand clac se fait à nouveau entendre au franchissement un peu brutal d’un petit dos d’âne bien camouflé… aucune crevaison à dénoter. Fausse alerte me dis-je. La vallée continue… jusque la Garenne. Dès les Bertaux, fin de partie pour moi, je rentre dans le rang (.. le dernier). Les 30 derniers km auront raison de mon enthousiasme. Les jambes n’en veulent plus. Mes compagnons de route se retourneront souvent, m’attendront toujours.

 Le rite
 du saucisson

 Au ravito de Boisset, Valérie (qui a retrouvé la pêche) me donne quelques amandes salées et du saucisson… depuis que nous avons vaincu ensemble le BRM300, c’est devenu un rite.
 Au départ de Boisset, les discussions vont bon train pour savoir qui mettra la flèche à Orgerus, ou accompagnera Thierry et Valérie programmés pour rejoindre Villepreux. La plupart iront finalement jusque Saulx-Marchais, puis rentreront dans leurs pénates, plus ou moins directement (le Kaptain poussant les méandres pour atteindre les 235 km… increvable !). Pour moi la fin de parcours sera à Orgerus, complètement rincé après 185 km à 27,2 de moyenne dont la majorité contre le vent. Après la douche, un peu revigoré, je jette un coup d’œil distrait sur mon fidèle compagnon (… je parle de mon vélo) et mon attention est attirée par un rayon cassé sur la roue arrière. C’était donc cela le grand clac du début de l’après-midi… roue voilée bloquant à chaque tour sur le patin de frein… le dicton du jour aura donc un petit frère : « si à chaque tour ta roue frotte sur le patin, à la fin t’es forcément moins bien ». CQFD.

Vincent  
Les frères Alland
au premier ravito...

 ...comme d'hab', Yves et Daniel, en famille, en cyclos, à bicyclette, à l'occasion d'un superbe Villepreux-Les-Andelys...
 Avec Vincent nous avions envisagé de chanter «quand un président rencontre un président... Caisse qu'ils s'racontent»... tsoin-tsoin... mais comme l'un a abandonné ses fonctions présidentielles... Ils se racontent des histoires de frangins. Et c'est hachtement sympa.
 
 
Lien visité
 

Accueil



Nos organisations
publiques

Nos organisations
privées


Nos Participations


La vie du club


 
  Les sections
Nos rallyes
Sorties d’un jour
Cyclosportives
Tour de Corse
Des niouzes
 

























































































































































































































































eXTReMe Tracker