Titre
12 MAI 2019 • DÉPART DE 7 A 10 H • RAVITOS FERMÉS A 11 H 30 • FERMETURE A L'ARRIVÉE : 13 H

Zffluence Ti cafe sandouiches enfants

Cosmogonie du cyclotourisme à Orgerus
La naissance du Rallye des Clochers

La création du monde, c'est à dire du ciel et de la terre, avec tous les accessoires qui vont bien (les étoiles, le soleil et les fleurs, les animaux, les rivières et les champs, les forêts, les monts, les vallées et le casque à coque rigide) fut achevée en cinq jours.

Le sixième jour, Dieu peignit une carte Michelin et traça des petites routes sympas, des côtes, des descentes et des faux plats ; des dos d'ânes, des virages, des ponts ; des feux verts, des passages cloutés et le Pré romain d'Orgerus. Puis il installa des églises, des clochers : Prunay-le-Temple, Mulcent, Courgent, Montchauvet... hésitant, il édifia Tilly, Boissets, Gressey... Richebourg, Tacoignières. 40 bornes, ça ira pour un début...

" Du beau boulot " se dit Dieu et il posa une journée de RTT.


Au Pré
romain

Le septième jour, un air d'accordéon dans la musette, Dieu enfourcha son vélo et, sifflotant, attaqua sa belle randonnée. Son vélo ? Une merveille ! Cadre titane, freins Chimagnolo, fourche carbone, 55 dents devant, 11 derrière. Selle en cuir de kangourou, roues céramique. Pédales automatiques. Le nec ! Une petite folie ! Faut dire que ça fait cent ans qu'il économisait pour s'offrir un chouet'vélo pour la retraite. Dieu (Dieu lui-même, c'est dire !) eut besoin d'expérience pour devenir un vrai cyclo...


Une affaire
de gravité

Arrivé au pied de Montchauvet, admirable spectacle mais douloureuse côte, il comprit vite " la gravité " de la situation. Il faut la grimper, la bosse ! Avec son 55 x 11... mon Dieu, t'es ouf ! Il cala au bout de 20 mètres. Ah, on ne sifflote plus ! Hein ?

"Nom de... nom de Moi ! se dit Dieu, essoufflé, y a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement " (oui ! Dieu appréciait l'humour de Boris Vian). Il faudrait araser la côte, ou... Se souvenant qu'il avait passé un C.A.P. de tourneur-ajusteur dans sa jeunesse, il se mit à l'étau.

Les RTT c'est le paradis de la bricole. Il se cracha dans les mains, se retroussa les manches et inventa le dérailleur pépère : trois plateaux devant et dix pignons derrière. "Avec ça, je vais monter Montchauvet en fumant la pipe !".

Du coup, pour s'entraîner le lendemain, il décréta illico le lundi de Pâques. Merci mon Dieu !


Des virées
simpas

Nonobstant des qualités exceptionnelles et les merveilleuses virées que Dieu dessinait régulièrement (20, 40, 75, 100 km), à rouler seul, le chouette vélo s'ennuyait ferme.

Dieu s'en émut " il n'est pas bon, dit-il, que mon vélo roule dans l'ennui ".

Alors, joignant le geste à la parole, il préleva deux rayons de sa roue avant... (Pudiquement, elle se voila). Puis il ordonna : " Croissez et multipliez ! ".

Et voilà le travail : Dieu créa la bicyclette.

Pour fêter ça, il ajouta le lundi de Pentecôte au calendrier (on ne dira jamais assez ce que le vélo de Dieu fit pour les jours fériés).

C'était grand beau. Il présenta la bicyclette à son vélo. Coup de foudre ! Pétant un câble de frein, le biclou déraille, déjante, éclate. Elle est, il est vrai, fraîche, fine, gracieuse, vive comme l'hirondelle. Et bien roulée (700-23). Encore sans phare, elle illumine déjà l'avenir de la vélocipédie, dans notre pays d'Yvelines. Vive le cyclotourisme. Vive le vélo !


L'UVO, un club
dynamique

Ils se marièrent (devant Dieu, qui souriait en coin). Par bonheur, ils passèrent sous l'arbre de la connaissance... et croquèrent. Ils furent heureux et eurent une descendance nombreuse qui déboula en échapées, en pelotons, en draisienne, en tandem, en triporteur... L'UVO naquit de cette fécondité pédalant à fond et s'empressa de créer le Rallye des Clochers sur les circuits dessinés par Dieu lui-même. Divin !

On vous attend, ce 6 mai, pour le pèlerinage annuel.

___

La nature est belle !
La route n'est pas une poubelle…

En toutes circonstances, promenade, entraînement ou compétition, je conserve déchets et emballages en attendant un lieu prévu pour m'en débarrasser.


Jamais sans
mon casque

Je respecte les règles du code de la route, mon casque (obligatoire sur le Rallye des Clochers) est mon compagnon de route le plus fidèle.


Ma santé
avant tout !

Le cyclisme est un sport merveilleux, excellent pour la santé, je ne gâcherai pas ma chance et ces instants de bonheur par la prise de médicaments néfastes (produits dopants).



Tarif RDC

HIV

Ravito1

Ravito1

Le ravito d'Epieds :
L'UVO sur la couche du bon roi Henry

Le choix de l'Obélisque d'Ivry comme camp de base du ravito du Rallye des Clochers est tout à fait judicieux et va dans le sens de la grande Histoire de France… À plus d'un titre.

Dans un petit ouvrage à la fois cocasse et sérieux " Les morts à la con de l'Histoire* " (grand H), Dimitri Casali et Céline Bathias nous font découvrir que, sans un énorme coup de pot (au sens odorant du terme), nous n'aurions jamais installé notre ravito à Epieds.


Il était sur son trône

En effet, Henri III, roi de France et proche cousin de Henry de Navarre - qu'il a choisi comme héritier - est assassiné à Saint-Cloud par un prêtre catholique radicalisé. Traîtrise : le Roi est installé sur son pot de chambre. Occupé à excréter, il ne peut ni affronter l'assaillant ni esquiver l'arme blanche, et meurt de ses blessures. Dimitri et Céline ont raison : il s'agit bien d'une mort à la con.

Du coup, de fil en aiguille, le Vert galant, protestant grand teint, fait valoir son droit à héritage : le Royaume de France, légué par son cousin préféré.

À la tête de sa petite armée royale, il monte sur Paris pour recevoir la couronne.


Mais qu'est-ce que ça a
à voir avec le
Rallye des clochers ?

Nous y voilà : Henry et son armée éprouvent bien du mal à faire façon des ligueurs du front des catholiques, armé par les Guise et consorts ; ils n'apprécient pas du tout que le royaume leur passe à nouveau sous la moustache, au profit, cette fois, d'un parpaillot. Horreur absolue !

Epieds, 14 mars 1590 : cent cinquante ans de guerres de religions se sont donné rendez-vous ici, pour recoudre l'avenir. Le vaste plateau de Saint-André et La Couture-Boussey qui surplombe la vallée de l'Eure est le théâtre d'une bataille tragique et décisive. Charles de Mayenne, dit " le gros " à la tête des Ligueurs va ne faire qu'une bouchée du Navarrais.

Motivation, héroïsme, intelligence ? Contre toute attente, cette armée, composée de 13 000 hommes à pied et 4 000 cavaliers plus quatre canons, est défaite. L'armée royale commandée par Henry himself, ne compte pourtant que 8 000 hommes à pied, 2 000 cavaliers, et une artillerie de quatre canons et deux couleuvrines (canons à mains). " Alors ? C'est qui qu'est le plus balèze ? " s'écrie (imagine-t-on) le bon Roi Henry en recoiffant son panache légèrement déplumé dans la bagarre.


Et si on se faisait une tite bouffe
entre copains pour arroser ça ?

Il n'a pas encore reçu le sacre.

Qu'importe ! très heureux du coup de grâce qu'il vient d'infliger aux Guise, débordant de générosité, c'est dans sa nature (dit-on), il organise sur place un pique-nique sorti de l'enfer, véritable festin qu'il partage avec tous les belligérants restés sur place. Ennemis hier, amis ce soir, ils sont tous au ravito.

Ne poussez pas, ne poussez pas !!! il y en aura pour tout le monde !

La nuit s'avance. Bien qu'il n'ait pas eu à monter la côte d'Epieds sur le grand braquet, il est sur les genoux, le bon Roi. On ne sait si c'est l'effort, la vaillance, l'excitation ou l'arrosage copieux de la victoire - on inventera la modération bien plus tard - on est toutefois certains qu'il a ronflé sur place, comme un sonneur, exhalant une haleine de chacal. Et c'est exactement à l'endroit où il s'est étendu qu'on a élevé une pyramide, dans un premier temps, puis " planté " un obélisque (une manie chez Napoléon).

Vous comprenez maintenant pourquoi l'UVO, rendant hommage à la grande Histoire de France et à sa gastronomie festive, organise son ravito très copieux à Epieds, à l'ombre des platanes, de l'obélisque et du panache blanc (qu'on trouve parfois sur la bière mal tirée**). Attention, les lits de camp ne sont pas dans le contrat.


Paris vaut bien une messe

Plus tard, après avoir fait allégeance au Pape il préconisera la poule au pot pour le petit peuple du royaume. N'allez cependant pas imaginer qu'il s'agit du pot sur lequel est mort le cousin Henri III.



* Les morts à la con de l'Histoire (Dimitri Casalli et Céline Bathias, historiens, les éditions de l'opportun). Merci pour la relation de la fin dramatique de Henri III


** Non, non ! Pas de bière au ravito. Il faut rentrer en bonne santé les gars !


Lien visité
   

Sommaire général pour trouver facilement la page que vous cherchez


 

Accueil



Les randos UVO


Nos organisations

Nos participations cyclosportives et cyclotouristes
nos exploits, nos séjours, nos voyages


La vie du club
 
Les sections

Rallye du Téléthon

Sorties d’un jour

Cyclosportives

VTT

Les 6 jours de Vars

Des niouzes