Général du Tour 1979

Tour de France 1979. De gauche à droite, dans l'ordre du classement général :
Bernard Hinault, Joop Zoetemelk, Joaquim Agostinho, Hennie Kuiper, Jean-René Bernaudeau


 
Depuis « tout petit »
La passion des vélos…
qui sont devenus « vintage »
 
 
 La passion des vélos anciens me tient. Voilà plusieurs années, je me suis mis à en restaurer. Surtout ceux des années 1980. Habitant le même bourg qu’un certain Bernard Hinault et son cousin Jean-Pierre Guernion qui fut aussi pro à La Vie Claire, ça me concernait

 Dans ces années-là
 on grimpait en force

 A cette époque-là, je courrais en FFC. On grimpait sur des braquets énormes, en force, tout dans les mollets, sans vraiment de calculs. C’était l’époque des exploits formidables et des défaillances extraordinaires. On revoit de temps à autre à la télé ces images impressionnantes d’un Coppi, par exemple, qui grimpait le Galbier en force, en baissant une épaule, puis l’autre, donnant l’impression qu’il pédalait « plus avec les épaules qu’avec les jambes ».

 Le nez sur les vitrines
 Les vélos ? Ah… à l’époque, il y avait un vrai savoir-faire français. Du vrai made in France, fabriqué « chez nous »…
 Je dis ça avec un peu de nostalgie… Huret, Mafac, Mavic, Simplex, m’ont fait passer des heures, le nez écrasé sur les vitrines de vélocistes (on disait alors « marchands de vélos ») à contempler des « machines » qui me donnaient des fourmis dans les jambes… Le soir, je feuilletais les catalogues de Manufrance et ses beaux vélos « Hirondelle » de Saint-Etienne.
 Un peu d’« écolo » en moi ? sans doute, mais surtout le souci de la récupération : combien de vieux vélos qui ont fait rêver des gosses comme moi, ai-je récupéré à la benne ? Je ne dis pas que j’ai été un précurseur dans cette activité, non !
 J’étais (je suis) juste un passionné.

 Mon Raleigh, le vélo de
 Raas, Knetmann et Zoetemelk…
 Et puis des initiatives « vintage », ont pris de l’essor.
 Des rassemblements de « fondus » du « biclou » ancien… Anjou vintage, à Saumur ; Le Tour de La Rance à Dinan, La Randonnée vintage lors des Quatre jours de plouay… etc. (la liste est longue).

 Un rêve inaccessible...
 Alors, j'ai attendu
 Bref j’ai commencé par retapper un Raleigh de 1980, vélo mythique entre tous. Le vélo de Raas et de Knetmann, de Zoetemelk aussi, et tant d’autres. Mon rêve, a été d’avoir un jour un beau « Gios Torino » ou un beau « Pinarello Treviso » des années 80. Mes parents n’avaient pas vraiment les moyens d’acheter un tel vélo pour un gamin de quinze ans... J’ai attendu (sourire !).
 Je faisais régulièrement les magasins de sport. Puis un jour, en furetant dans un magasin, j’ai trouvé ça… A première vue, un vélo banal, flashy, typique des années 85-90. Mais en y regardant de près, plein de détails me sautent aux yeux ! Je suis devant un Gios. Un Gios de 1979, exactement ! (aller au diaporama)

STEPHANE LE LOSTEC  
 


 suite du récit de Stépane en légendes et images sur le diaporama. Avance-retour uniquement au clic, (flèches en blanc sur carré bleu)
  • Et puis un jour... j'ai trouvé ça. A priori , un vélo banal, flashy typique années 85-90. Mais à y regarder de plus près...
  • Des détails, d'un coup, me sautent aux yeux. Me voici face à un GIOS... de 1979... Si ! Exactement mon rêve  !
  • Vérifications made in Italy ! Merci M. Internet
  • Ah, pour du boulot, il y avait du boulot.
  • Et voilà le travail ! 18 mois après. Oh... p... il est chouette !
  • Avec mon Raleigh, j'avais déjà fait des rallyes vintage. Mais là... Plouay ! J'y tiens !
  • Fin août 2017, premier rallye vintage avec « the » Gios, à Plouay : chez moi, presque !
  • Plouay Vintage.  Oh si... ça fait une super impression
  • Plouay vintage. Ravito breton. Cidre, charcuterie... Andouille ? Ben oui... Guéménée !
  • Les motard sont là pour nous, dans la ligne droite d'arrivée
  • Plouay. Arrivée, bras en l'air.
  • Grand prix de Plouay. La veille des pros. La ligne est passée. Vous m'avez vu faire honneur au gosse que j'étais ?
  • Un chouette équipement d'époque. non, je ne fais pas mon fier. Je suis heureux !
  • Allez... Il y a deux ans. Un fier souvenir. Moi, en Raleigh, dans la roue du Blaireau.
  • Et ici, avec mon vélo Marceau des années 50
  • Allez ! On essaiera, mon vélo et moi de faire une belle saison vintage 2018. A suivre
 

 Mon « Gios Torino »
 en détail :

Cadre Colombus, taille 58
Equipé full Campagnolo
Pedales Pista campagnolo
Cale pieds Christophe
Selle Turbo
Jantes Mavic MA 40 à pneus
je sais... mais j'ai une paire de roues (Nisi-Campagolo) à boyaux au garage.




 Un grand Merci à tous ceux
 qui m'ont conseillé,

aidé à régler et monter mon biau vélo. En particulier à Jean-Louis Hérard pour la superbe tenue vestimentaire : le maillot « Gios Novostil » (équipe espagnole de 1977)...  Plus la casquette, plus le casque à boudins.
 Une fois effectué le réglage des cales métalliques sur mes chaussures, je serai paré pour participer à l'Eroica en Italie le premier Octobre (au moment où paraîtront ces lignes) : 135 kms pour dix à douze heures de selle ! Un peu de fatigue, mais que du bonheur !

 Première sortie officielle
 avec mon « Gios Torino »

Quatrième édition de la Cyclo Ouest-Vintage à Plouay, ce 26 août 2017 89 participants «très élégants», à l'occasion des Quatre Jours CIC de Plouay :

« Bretagne classique Ouest France »
« Grand prix de Plouay-Lorient agglométation »
« Grand prix de Plouay Juniors »
« Grand prix de Plouay élite open »
« Cyclo Morbihan et vintage »

 


Lien visité
 

Accueil



Nos organisations
publiques

Nos organisations
privées


Nos Participations


La vie du club


 
  Les sections
Nos rallyes
Sorties d’un jour
Cyclosportives
Tour de Corse
Des niouzes
 

























































































































































































































































eXTReMe Tracker