• Crevaison dans la brume
  • Premier kilomètre et première crevaison • Christophe Orazi, un petit nouveau à l'UVO ! Bravo
  • Le regroupement à Thoiry
  • Kilomètre 9 • Crevaison pour Fred • nouvelle crevaison pour Thierry (on est jamais à l'abri d'un coup de pot)
  • En sécurité pendant la réparation
  • Pendant ce temps, la « concurrence »s'éparpille en petits groupes... On les rattrapera, dit Pierre
  • Tout le confort Louis XIII pour le pique-nique de La Bonneville-sur-Iton
  • Kilomètre 88 - Crevaison... c'es la deuxième pour Fred. Challenge ouvert !
  • T'es sûr que ça ne vient pas des patins de freins ? Ménon, je higole !
  • Un Stéphane vintage sur son Gios Torino millésimé
  • Daniel, Frédéric, Mister X et Alain (sur la voie de droite : il en profite : Olivier n'est pas là !)
  • Hervé, Daniel, Sébastien et Steven
  • Patrick, Jean-Louis et Thierry
  • Laurent, Patrick et Thierry
  • Cabourg. Le ciel n'est pas bleu, la mer n'est pas verte, la fenêtre n'est pas ouverte sur le soleil..
  • ... Mais après une journée d'efforts pareils, le spectacle nous plait bien. Yeah !
  • Cabourg • Un bel arc de triomphe !
  • C'est bientôt la holla dans les tribunes
  • Bravo Steven. Bien géré...  et distance tenue. C'est grâce à ton beau maillot de l'UVO
  • Manisfestement tout le monde est satisfait malgré les mauvaises conditions
  • Sébastien, Steven, Jean-louis et Hervé
  • L'UVO se classe huitième ex aequo 296 clubs. Balèses !
  • Aprés l'effort ... une très bonne suggestion de Laurent Carasini (sauf pour le crabe !)
  • Une très bonne adresse pour l'an prochain...

On voulait voir la mer
et on a vu Cabourg, comme toujours…
   
 
 Ce week-end pour terminer l’été en beauté — ou alors disons pour inaugurer l’automne avec un peu d’avance — nous nous sommes dit « Tiens ! Il fait beau… Pourquoi pas aller au bord de la mer ? ». La Méditerranée étant un peu loin (encore qu’avec les fondus de l’Uvo, on peut s’attendre à tout), nous n’avions le choix qu’entre le mur de l’Atlantique ou les falaises de la Manche. Ça tombe bien les gars, ce samedi, l’Uvo participe au Levallois-Cabourg.

 A Christophe Orazi
 et un d’une heure

 Allez go ! Pour la plupart d’entre nous, départ d’Orgerus à 7 h 30. La nuit a été pluvieuse, les crevaisons risquent d’être nombreuses. Euh… c’est généralement le type de pensées qui file la poisse.
 Paf ! dès la sortie d’Orgerus… crevaison de Christophe Orazi qui inaugure avec brio sa première grande rando avec l’Uvo. Le début d’une longue série ? Non ! n’y pense pas ! Re-paf ! À la sortie de Thoiry, juste après le ravito, crevaison de Frédéric Blin qui inaugure ainsi une belle série de trois. Ben oui, faut se distinguer ! La balade va être longue et « crevante ». Ah non ! dis pas ça ! Paf ! Deux cent mètres plus loin, c’est le le tour de Thierry Evanno. Mon dieu, c’est pas vrai !?

 Salut l'UVO
 Pendant les réparations, nous jouions aux spectateurs devant le défilé des participants. Certains qui nous reconnaissent à notre breau maillot, nous saluent : SalUvo ! À Dammartin, pas de Thierry Evanno. Forcément… il a crevé en silence.
 Tous regroupés hormis quelques échappés ayant profité de la sérénade des pchittt !
 Ils ont certainement voulu rattraper Hubert qui n’a pas attendu les séances rustines…

 L'UVO en tête
 du paquet

 Au revoir, l’île-de-France, bonjour la Normandie. Le vent nerveux et musclé est omniprésent mais à l’Uvo on est les omniscients du vélo, et nous trouverons forcément un groupe pour trouver l’abri. Oh… pas pour se planquer : rares sont les courageux à prendre les relais tellement le vent est costaud. Mais parmi ceux-là, il y a toujours des cyclos de l’UVO.
 Les groupes se forment et se déforment en fonction des crevaisons. L’expérience, ça compte, et, comme la saison passée (m’a-t-on dit) on ne voit bientôt plus que des maillots de l’UVO en tête du paquet.
 Je suis au chaud à l’arrière mais je dois rejoindre la tête, car la consigne, évidemment, c’est de rester grouper.

 Sont crevés
 ou ont crevé ?

 Nous arrivons au pied d’une côte, je suis à côté de Jean-Louis Herrard et Pascal Caumont… Au sommet, je me retourne… ni l’un, ni l’autre ! Je dois avertir les hautes instances :
 « Daniel, le groupe se disloque, nous devons attendre afin de nous regrouper »…
 « Nous sommes beaucoup trop nombreux pour les attendre, il y a beaucoup trop de cyclos, nous nous retrouverons au ravito ».

 Jean-Louis Herrard qui fait parler l’expérience, est de retour parmi nous. Nous rattrapons Stéphane Le Lostec sur son beau « Gios Torino »…

 Second coup de tampon
 sur nos cartons

 Second ravito, second coup de tampon sur nos cartons. C’est la pause déjeuner. Au menu, une salade, une boisson, un fruit, un yaourt et un morceau de pain sous un « soleil nuageux ». Nous avons rejoint les frères Duhaubois et The K’tain Bouysset. Arrive, ensuite Thierry Evano. Le pique-nique terminé, certains font demi-tour.
 Mais, avant de partir, une petite crevaison d’Alain Lemaire est du meilleur effet. Une petite côte pour se remettre en jambes et se réchauffer, et c’est reparti !
 La Normandie… une réputation
 qui nous transperce

 La Normandie tient à respecter sa réputation. Nous traversons plusieurs averses dont deux assez intenses qui nous transpercent. Bon c’était l’entracte et le festival reprend ses droits : une crevaison de Frédéric Blin, ça fera deux puis, sur 500 m, il y aura trois crevaisons dont une de Patrick Philippe.
 Après quelques bosses, nous nous approchons du dernier ravito, une belle ascension nous attend. Dans l’ascension… Eh oui ! une crevaison, une ! de Laurent Carassini et un coup de fringale de Daniel Alland.

 Un circuit alimentaire
 sous chapiteaux

 Le dernier ravito est un circuit alimentaire sous chapiteaux mais là ce n’est pas le même cirque. « Je mange comme si j’avais faim » remarque le K’ptain. Par précaution et surtout par gourmandise, je fais de même.
 Avant Cabourg, nous allons emprunter le tracé de « La Flèche Normande ». Cette cyclosportive n’est pas réputée pour être toute plate. Daniel connaît bien le parcours. Il a déjà remporté cette épreuve dans sa catégorie. Je confirme : ce n’est pas sans dénivelé… allez ! une dernière rampe à gravir. Le paysage tant espéré, va nous offrir la Manche, sur un plateau de fruits de mer. Des personnes aux bords de la piste cyclable de bord de mer nous félicitent. Je suis agréablement surpris par l’accueil, qui nous suit jusqu’aux aux abords de l’arrivée. Un grand vestiaire nous est ouvert pour récupérer les lots, se laver et se changer.

 C'est comme ça qu'on fait
 de grands souvenirs

 Ce fut une belle balade cadencée par le rythme des crevaisons. Au total, il y en aura eu plus d’une dizaine. Finalement la météo n’était pas si mauvaise (je chahute !). Ce sera forcément un grand souvenir.

Steven Canavese  
 

Lien visité
 

Accueil



Nos organisations
publiques

Nos organisations
privées


Nos Participations


La vie du club


 
  Les sections
Nos rallyes
Sorties d’un jour
Cyclosportives
Tour de Corse
Des niouzes
 

























































































































































































































































eXTReMe Tracker